choisir-machine-a-broder

Test de la machine à coudre et à broder Creative 4.5 de Pfaff

Voilà environ 6 mois que j’utilise la machine à coudre et à broder Creative 4.5 que la marque Pfaff m’a prêtée. Depuis juillet, j’ai cousu de nombreux projets que j’ai parfois personnalisés en utilisant le mode broderie. Je pense maintenant avoir le recul nécessaire pour vous parler de cette machine sur laquelle j’ai pris énormément de plaisir à coudre.

Il faut dire que c’est la première fois que je cousais sur une machine aussi haut de gamme. J’ai longtemps cousu sur une machine entrée de gamme qui a fini par me montrer ses limites. Puis, avant que Pfaff ne me propose la Creative 4.5 en test, j’ai cousu quelques mois sur une machine milieu de gamme qui me satisfaisait globalement mais qui m’a vite fait comprendre qu’elle n’aimait pas tellement les épaisseurs… La Creative 4.5 m’a permis de découvrir un tout autre niveau de performance et de nombreuses fonctionnalités que je ne connaissais pas. Je vous parlerai d’abord du mode « Couture » qui est celui que j’ai le plus utilisé pendant ces 6 mois. Puis je vous parlerai du mode « Broderie » que j’ai utilisé pour cette turbulette ou encore, pour cette blouse Artesane.

1 . Le mode « Couture »

Comme à chaque fois que l’on change de machine à coudre, il faut un petit temps d’adaptation. Avec toutes ses fonctionnalités, la Creative 4.5 m’impressionnait. Heureusement, la notice d’utilisation est très bien faite, parfaitement illustrée et pas du tout austère par rapport à ce qu’on a l’habitude de voir. J’ai finalement pris la machine en main plus vite que je ne l’aurais pensé et je me suis parfaitement habituée à « ses petits plus » que je n’ai pas sur ma propre machine. Je pense notamment au coupe-fil automatique que j’imaginais gadget. Finalement, en ressortant ma machine pour voir ce qui me manquerait par rapport à la Creative 4.5, je me suis rendu compte que le coupe-fil automatique était bien plus pratique que de tirer à chaque fin de couture sur le fil de canette et celui de bobine pour les couper.

pfaff-8

Mais ce que j’étais le plus impatiente de tester et dont on m’avait vanté les mérites, c’est le fameux système IDT développé par Pfaff. Pour celles qui ne connaîtraient pas, il s’agit d’un double entraînement intégré qui permet des coutures très régulières, quelques soient les épaisseurs. Je n’ai pas été déçue ! Ce système m’a complètement convaincue. Entre le système IDT et la puissance de la machine, la Creative 4.5 passe bien les épaisseurs. Là où ma propre machine bourre, patine, fait des noeuds dès qu’il y a trop de matière, la Creative 4.5 passe beaucoup plus aisément. Je pense par exemple aux ourlets d’une blouse ou d’une chemise : là où il y a les coutures côté, le point reste bien propre et régulier malgré l’épaisseur alors qu’avec ma machine, le point est tout resserré, peu importe la vitesse à laquelle je couds. Lorsque l’on achète une machine, on pense souvent aux grosses épaisseurs mais les tissus très fins posent aussi parfois problème. Régulièrement, avec ma machine, les tissus fins se font aspirer par les griffes et tout est abîmé. Avec la Creative 4.5, je n’ai pas eu ce problème, à condition que la matière soit bien installée sous le pied-de-biche avant de démarrer la couture.

En parlant de pied-de-biche, ça ne semble pas grand chose comme cela mais, le pied-de-biche classique de la Creative 4.5 a un repère rouge à 2mm et un autre repère à 5mm de chaque côté. Je trouve ça génial. Ces repères facilitent complètement le travail pour les surpiqûres. Toutes les machines devraient avoir ce pied ! Il y a bien l’astuce du masking tape que l’on colle sous le pied-de-biche mais c’est quand même beaucoup moins pratique et il faut le retirer et le repositionner à chaque fois…

test-creative-4.5

Autre fonctionnalité qui m’a d’abord surprise mais dont j’aurais du mal à me passer : la levée automatique du pied-de-biche quand on s’arrête en milieu de couture avec l’aiguille enfoncée. Je m’explique : quand on commence à coudre et que l’on s’arrête pour reprendre son souffle ou pour n’importe quelle autre raison, le pied-de-biche se soulève très légèrement, ce qui permet de bouger/replacer le tissu comme on le souhaite sans avoir à lâcher le tissu des mains. C’est extrêmement pratique quand on assemble une manche au buste par exemple. Avec ma propre machine, d’une main je soulève le pied de biche tandis que de l’autre, je replace le tissu afin de coudre un bel arrondi. Avec la Creative 4.5, je garde les deux mains sur le tissu, le pied-de-biche se soulève légèrement et je replace le tissu très facilement dès que nécessaire. Ma machine a quand même une mollette qui permet de relâcher la pression du pied de biche. Ça aide pour les coutures arrondies mais ce n’est pas aussi pratique que la levée automatique du pied-de-biche de la Creative 4.5.

La Creative 4.5 propose également 2 hauteurs d’aiguille, ce qui est extrêmement utile lorsque l’on coud de grosses épaisseurs : lainage épais, molleton, jean. Je me revois encore forcer sur mes machines pour simplement faire passer un jean sous le pied de biche pour coudre l’ourlet du bas… Ici, il suffit d’appuyer une seconde fois sur le bouton pour lever le pied-de-biche et il se relève légèrement.

Pendant longtemps, j’ai cousu sur une machine dont la canette n’était pas apparente. Je vous laisser imaginer le nombre de coutures stratégiques (ourlets, surpiqûres) que j’ai dû recommencer parce que… la canette était vide. Pour ma 2e machine, c’était non négociable : il fallait que la canette soit apparente. Mais, même comme ça, il y a eu des loupés. Avec la Creative 4.5, normalement, cela ne peut pas arriver. La machine nous alerte sur l’écran lorsque la canette est presque vide. En revanche, je trouve qu’elle met l’alerte un peu tôt puisqu’il reste encore assez de fil pour faire quelques coutures. Il suffit alors de continuer à coudre et l’alerte disparaît mais il faut bien penser à refaire sa canette avant qu’il ne soit trop tard.

Il faut aussi que je vous parle de ma hantise : les boutonnières. Une véritable phobie, à cause de ce projet notamment ! J’ai eu tellement de moments de stress avec les boutonnières que je vais systématiquement les faire chez Mireille Boutonnière (rue des Petits carreaux dans le 2e) ou chez Welcome (passage du Prado dans le 10e). Avec la Creative 4.5, il fallait que je retente l’expérience. Je n’ai pas été déçue ! Les boutonnières se font de façon automatique. Après avoir mesuré le bouton, il suffit d’entrer la longueur voulu sur l’écran, de faire un test et c’est parti. On voit même sur l’écran dans quel sens se fait la boutonnière. Les boutonnières sont très réussies et la machine est fiable. J’ai juste eu un bug sur le petit manteau de Romane car je n’avais pas assez dégagé mes marges de couture à l’intérieur. Il y avait une surépaisseur qui a fait que la machine a fait du sur place mais j’ai pu rectifier le tir sans (trop) stresser. Mis à part ça, aucune déception. J’ai même osé faire moi-même les boutonnières de la robe de baptême de Romane. C’est dire !

Les boutonnières en vidéo

Parmi les autres caractéristiques de cette machine qui m’ont plu, on trouve :

  • la pédale qui est plus large qu’une pédale classique et donc très stable,
  • le point d’arrêt au début et à la fin des coutures qui est très propre,
  • les grands rangements intégrés et organisés (pour les canettes, découd-vite, tournevis, etc.),
  • le grand espace de travail qui facilite la couture des grands ouvrages,
  • les nombreux points décoratifs,
  • l’éclairage LED qui ne fatigue pas les yeux.

 

pfaff-7

pfaff6

pfaff8

2 . Le mode Broderie

Le mode broderie de la Creative 4.5 peut sembler impressionnant mais, en réalité, il est facile à prendre en main, tout du moins pour les motifs qui sont intégrés à la machine. J’ai eu la chance de bénéficier d’une formation par Christelle Beneytout, LA pro de la broderie machine qui a d’ailleurs récemment un livre référence, Le guide de la machine à broder aux Editions Eyrolles. Nous avons donc pu voir ensemble comment installer l’unité de broderie, le pied pour broderie, le cadre à broder, quel renfort de broderie utiliser, comment paramétrer et modifier des motifs existants dans la machine et comment lancer la broderie et admirer la machine travailler.

machine-a-broder-pfaff

Grâce à cette formation et avec la notice d’utilisation sous les yeux, j’ai pu facilement me lancer à la maison sur une première broderie. Pour commencer, j’ai simplement brodé un lettrage sur une turbulette en utilisant une police d’écriture déjà enregistrée dans la machine. C’est tout simple mais ça permet de personnaliser joliment un projet. Le rendu de la broderie est impeccable et le résultat est très pro.

turbulette-bebe-brodee

Le deuxième projet brodé est la blouse Artesane d’Atelier Scämmit. Pour cette blouse que j’adore, j’ai eu la chance qu’Artesane me fournisse un fichier avec les motifs à broder. J’ai juste eu à les transférer de mon ordinateur à la machine avec la clé USB fournie avec la Creative 4.5. Je n’ai eu qu’à choisir les couleurs, faire un essai pour valider le jaune choisi et ajuster la tension, et lancer la broderie sur mon tissu avant de couper les empiècements.

blouse-artesane-broderie-machine-1

En toute honnêteté, je ne sais pas si j’aurais été capable d’imaginer et de créer un motif aussi joli que celui-ci moi-même. J’ai bien téléchargé le logiciel Pfaff permettant de créer des motifs mais j’ai complètement manqué d’inspiration… J’ai trouvé que le logiciel n’était pas évident à prendre en main. Il aurait fallu que j’y passe beaucoup de temps pour réussir à créer quelque chose qui me plaise. Finalement, je me suis rendu compte que ce qui m’intéressait vraiment le plus était la couture pure ❤️. Je ne suis pas assez créative pour utiliser tout le potentiel d’une brodeuse et, surtout, je manque déjà de temps pour coudre alors la broderie rajoute une étape. Je pense que les machines à broder s’adressent à celles qui débordent de créativité et qui cherchent vraiment des vêtements uniques et personnalisés. On m’a demandé sur Instagram si j’allais acheter la machine après le prêt. J’y ai bien songé tant j’ai adoré coudre dessus… mais ce ne serait pas raisonnable car j’ai pu me rendre compte qu’à l’usage, le broderie ne m’était pas si utile. Il me faudrait la même machine mais sans la partie broderie 😆

Pour clore cet article, je vous laisse avec une vidéo (de piètre qualité)(#nesimprovisepasyoutubeurquiveut) qui vous donne un aperçu du fonctionnement du mode broderie.

>> Toutes les informations sur la Creative 4.5 sont à retrouver sur le site de Pfaff.

Un grand merci à Pfaff de m’avoir permis d’utiliser cette incroyable machine pendant plusieurs mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *